Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jérôme Desmeules en mars 2017.
© Keystone/OLIVIER MAIRE

parti

Nouvelle démission à l’UDC, le coprésident du parti du Valais romand

Dans une lettre publiée mardi, Jérôme Desmeules, qui avait été élu coprésident du parti en 2013, affirme partir avec «le sentiment du devoir accompli»

Coprésident de l’UDC du Valais romand, Jérôme Desmeules a annoncé mardi sa démission. Elle prend effet le 23 août. Il avait déjà informé, il y a une année, le comité de son parti de son souhait de se retirer.

Dans une lettre publiée ce mardi, Jérôme Desmeules estime le moment «propice pour cette démission», les élections fédérales ayant lieu dans plus d’une année. Le coprésident démissionnaire quitte son poste avec «le sentiment du devoir accompli».

Lire aussi: L'UDC romande entre en turbulences

Le parti en bonne posture dans le canton

Depuis 2010, il a assumé différentes charges dans les organes dirigeants du parti. Il a été élu coprésident en 2013. Depuis, le parti a connu des hauts et des bas. En 2015, il a conquis un second siège au Conseil national. En 2017, son conseiller d’Etat Oskar Freysinger n’a pas été réélu.

Au final, Jérôme Desmeules laisse le parti en bonne posture. Jamais l’UDC valaisanne n’a eu autant d’élus avec 23 représentants au Grand Conseil, sur 130 députés, et deux conseillers nationaux sur huit. Le parti est parvenu à faire face au départ de son leader historique et à progresser.

Lire l'interview du président de l'UDC Albert Rösti: Albert Rösti: «Nous avons encore de la marge de progression en Suisse romande»

Le démissionnaire se dit confiant pour la suite. Le parti ne connaîtra pas de vacance en raison de la coprésidence. Il qualifie l’autre coprésident, Cyrille Fauchère, d’homme «intègre et de valeurs» qui poursuivra le travail.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a