Mise sur pied en février 2008 par feu l’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg Bernard Genoud dans la tourmente soulevée par des prêtres soupçonnés d’abus sexuels, la Commission SOS Prévention se saborde. Son existence prendra fin le 31 août, a annoncé vendredi sa présidente Françoise Morvant.

Le nouvel évêque, Mgr Charles Morerod, a fait part à la commission de son intention de modifier ses statuts, de l’élargir à d’autres membres, voire de lui donner un caractère interdiocésain, précise Françoise Morvant.

«Les membres de la commission ont donc décidé de ne pas prolonger leur activité et de laisser toute marge de manoeuvre au nouvel évêque dans la réorganisation qu’il entend mener ainsi que dans le choix des personnes et la définition de leur mission».

L’ex-juge d’instruction souligne dans le communiqué que la commission dans sa définition actuelle avait été choisie et voulue par Mgr Genoud, aussi bien en ce qui concerne sa composition et sa structure, que son organisation interne et son fonctionnement «autonomes et indépendants».

La présidente de la commission avait déjà eu l’occasion d’insister sur l’indépendance de celle-ci par rapport à l’Evêché. Elle n’en avait pas moins reconnu que feu Mgr Genoud avait «gentiment» demandé à l’abbé André Vienny, prêtre fortement engagé dans le diocèse, de céder sa place à un religieux ayant plus de distance avec le tissu ecclésiastique régional, le dominicain Benoît- Dominique de la Soujeole.

Activité en veilleuse

La commission avait avant tout pour but d’écouter les victimes. Sur la trentaine de personnes entendues, trois cas mettant en cause deux auteurs avaient été signalés à la justice. Les affaires étaient toutefois prescrites et, selon les dernières informations à disposition, aucun cas d’abus récent n’a été soumis à la commission.

Les cinq membres de la commission ne feront aucune déclaration et ne répondront à aucune question, a annoncé Françoise Morvant. Ces cinq personnes sont un psychiatre, un père dominicain, deux ex-juges d’instruction fribourgeoises et un avocat.

Contacté par l’ats, l’Evêché du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg n’était pas en mesure de commenter vendredi la dissolution de la commission, tous les responsables étant en vacances.