Monaco

Nouvelle inculpation pour l’avocate de Dmitri Rybolovlev

Tetiana Bersheda a été inculpée le 14 juillet à Monaco d’injures et diffamations publiques, a appris «Le Temps». Une seconde inculpation pour l’avocate du milliardaire russe, inquiétée cette fois pour des déclarations au «Financial Times»

Alors que la procédure ouverte à Monaco contre Yves Bouvier pour escroquerie et complicité de blanchiment ne donne que peu de signes d’évolution, les péripéties judiciaires qui l’entourent n’en finissent pas d’occuper les magistrats. Avocate de Dmitri Rybolovlev, le milliardaire russe qui accuse le roi des Ports francs de l’avoir escroqué sur des ventes de toiles de maître, Tetiana Bersheda a ainsi été inculpée le 14 juillet d’injures et de diffamation publiques par le juge d’instruction monégasque Morgan Reymond, a appris Le Temps.

Seconde inculpation

En cause, des déclarations de l’avocate diffusée par le Financial Times. Tetiana Bersheda y évoquait la «malhonnêteté sans scrupule et crasse» d’Yves Bouvier, le Genevois pouvant selon elle être «classé parmi les prédateurs les plus agressifs du marché de l’art».

Il s’agit de la seconde inculpation prononcée à Monaco à l’encontre de Tetiana Bersheda en marge de l’affaire qui oppose Yves Bouvier à l’oligarque russe depuis février 2015. En février 2016, Tetiana Bersheda avait déjà été inculpée du chef de violation de la vie privée, pour avoir enregistré à son insu la complice présumée d’Yves Bouvier, Tania Rappo, lors d’un diner organisé au domicile de Dmitri Rybolovlev.

Réagissant à cette nouvelle inculpation, l’avocat de Tetiana Bersheda, Gérard Baudoux, estime «regrettable que les personnes inculpées [Yves Bouvier et Tania Rappo] s’en prennent aux conseils de façon récurrente et méthodique du fait de leur mandat dans un dossier grave où la justice pénale de plusieurs pays enquête et poursuit les infractions ayant chamboulé tout le marché de l’art mondial depuis plus d’une année».

Diversion judiciaire

Et d’assurer que «les mandants de ma cliente restent confiants dans l’impartialité de la justice monégasque et de celle des autres pays saisie des agissements de M. Bouvier et de ses associés». Pour Gérard Baudoux, «le but unique de cette énième plainte déposée à l’encontre de ma cliente est une diversion judiciaire.» Contacté, l’avocat monégasque d’Yves Bouvier, Charles Lecuyer, n’a, lui, pas souhaité faire de commentaire.

Ce nouveau revers judiciaire infligé à l’entourage de Dmitri Rybolovlev fait suite à un autre coup dur, pour l’entourage du Genevois cette fois, dans l’affaire connexe du vol supposé de tableaux de Picasso à la belle-fille de l’artiste, Catherine Hutin-Blay. Alors qu’Yves Bouvier a été mis en examen pour recel dans cette affaire – qui est toujours en cours d’instruction –, son associé au Freeport de Luxembourg, Olivier Thomas, a été mis en examen à son tour à Paris le 6 juillet pour abus de confiance, escroquerie et recel. Les enquêteurs en effet retrouvé dans son ordinateur des photos des tableaux en question, qu’il avait prétendu ne jamais avoir vus.

Tentaculaire et protéiforme, la saga judiciaire Bouvier-Rybolovlev est loin d’avoir trouvé son épilogue.

Publicité