Après la polémique qui a entouré les premières heures de l'opération «Focus», lancée conjointement par la Suisse, la Grèce et la Russie à un moment où la guerre faisait encore rage au Kosovo, puis renforcée par la participation de l'Autriche, la mission change de cap. On se souvient que des critiques étaient apparues parce que la distribution des vivres et des produits de première nécessité sur place s'était heurtée à d'importantes difficultés. Mercredi, Walter Fust a une nouvelle fois répondu à ces griefs en rappelant qu'«il s'agissait surtout de problèmes d'accès».

Désormais, «Focus» va recentrer ses activités sur d'autres besoins. L'opération concentrera ses efforts sur les trois sites d'Urosevac, d'Orahovac et de Podujevo. Ses activités vont porter prioritairement sur les efforts de reconstruction et la distribution de matériaux.

Par ailleurs, les quatre pays partenaires ont proposé d'évaluer les dégâts causés par la guerre dans les domaines de la santé et de l'écologie. «Les citernes de Jugopetrol, près de Pristina, ont été touchées lors des bombardements. «Focus» va tenter de limiter les atteintes à l'environnement et évaluer les dégâts ainsi que les réparations nécessaires», précise Toni Frisch. Un rapport sur les conséquences des frappes aériennes sur l'environnement et l'agriculture sera présenté dans une dizaine de jours.

B. W.