Plusieurs analyses statistiques paraissent ce mardi, qui documentent les effets de la crise sanitaire mondiale et du semi-confinement en Suisse. Trois aperçus.

■ Hôtellerie: -47,5%

Jamais dans l'histoire de la Suisse les nuitées hôtelières n'ont autant chuté: -47,5%, soit -8,9 millions, au premier semestre par comparaison avec la même période un an auparavant. Au total, la Suisse a enregistré 9,9 millions de séjours hôteliers pendant la période sous revue, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Si l'on prend en considération uniquement les nuitées des étrangers, le dévissage est encore plus vertigineux, atteignant 60,1%, ce qui correspond à 6,1 millions de nuitées en moins. Les citoyens suisses, de leur côté, ont passé 5,8 millions de nuitées à l'hôtel, ce qui correspond à un recul de 32,4% ou 2,8 millions d'unités en moins.

Avril, le pire mois

C'est le mois d'avril qui s'est avéré le plus catastrophique, marqué par une contraction globale sans précédent de 92,4% ou 2,5 millions de nuitées en moins. La contraction a même atteint les 96,3% ou 1,4 million de nuitées en moins pour les hôtes étrangers, tandis que du côté suisse elle s'est établie à 87,4% ou 1,0 million de nuitées en moins.

Dès mars, les premiers effets de la crise pandémique du coronavirus se sont faits ressentir, tout particulièrement de la clientèle en provenance du continent asiatique (-27,7% ou 68 000 nuitées en moins) et plus spécifiquement encore de celle de Chine (-66,7% ou 54 000 nuitées en moins).

Le cas autrichien: L’Autriche mise sur les tests pour sauver sa saison touristique

Une «timide» amélioration en juin

Une amélioration qualifiée de «timide» par l'OFS s'est progressivement développée, surtout dès le 15 juin lorsque l'espace Schengen s'est rouvert: au total 1,4 million de nuitées ont été enregistrées en juin, ce qui constitue tout de même une régression de 62,0% par rapport à juin 2019 ou 2,4 millions de nuitées en moins.

En juin, seuls le Tessin (-32,6%), les Grisons (-34,9%), le Jura et les Trois-Lacs (-35,1%) et la Suisse orientale (-37,6%) ont su tirer leur épingle du jeu, avec une réduction relative de leurs nuitées inférieure à 40%. Toutes les autres zones touristiques ont continué d'afficher de forts reculs.

Lire aussi: La consommation suisse bouleversée par le virus

■ Transports publics: -63,6%

La pandémie a eu un fort impact sur la demande dans les transports ferroviaires suisses au deuxième trimestre. Ce constat ressort du rapport trimestriel publié mardi par le Litra et l'Union des transports publics.

Quelque 63,6% de passagers-kilomètres en moins ont été parcourus entre avril et juin, en comparaison avec l'année précédente, précise le Service d'information pour les transports publics. La baisse est moins brutale dans le trafic marchandises avec -13,9 % de tonnes-kilomètres nettes. Mais les effets de la crise du Covid-19 sont néanmoins élevés, selon le rapport.

L’incertain retour à la normale

Il n’est pas encore possible de savoir combien de temps il faudra pour que les transports publics se remettent du «recul extrême» de la demande dû à la pandémie de Covid-19, précisent les auteurs du rapport. Les entreprises de transports publics ont subi de grandes pertes financières qu'elles ne sont pas en mesure de compenser par leurs propres moyens.

Dans ce contexte, le parlement traitera lors de la session d'automne un projet de compensation des pertes de recettes à hauteur de 800 millions de francs.

Retrouvez  nos principaux articles sur la crise

■ Immigration: -5,7%

L'immigration en Suisse a diminué de 5,7% au cours du premier semestre, tandis que l'émigration a reculé de 14,4%. La pandémie de coronavirus a eu des effets notables sur les mouvements migratoires entre avril et mai.

Le solde migratoire des étrangers s’est établi à 25 995 personnes (+1323 personnes), notamment parce que l’émigration a été très basse pendant la crise, indique le Secrétariat d'Etat aux migrations. A fin juin, 2 128 812 ressortissants étrangers résidaient en Suisse.

Une baisse sur une année

De janvier à fin juin, l'immigration dans la population résidante permanente de nationalité étrangère a diminué de 3603 personnes sur un an. Au cours de la même période, 30 659 ressortissants étrangers ont quitté la Suisse au premier semestre, soit 5173 personnes de moins qu'au premier semestre 2019.