A Nyon, la trêve des confiseurs joue les prolongations. Suite aux révélations du Temps concernant la crise au sein de l’administration communale, les libéraux-radicaux Nyon et le Parti indépendant nyonnais ont demandé, le 22 décembre dernier, la tenue d’une séance extraordinaire du Conseil communal, ce 10 janvier. Mais ce lundi, les 34 signataires n’avaient toujours pas obtenu satisfaction: «La date a été repoussée plusieurs fois, explique Jacky Colomb, chef de groupe du Parti indépendant nyonnais. Nous avons pourtant fait le forcing, car nous ne voulions pas que la séance ordinaire du 31 janvier soit polluée par cette affaire. On nous a proposé le 7 février, mais cela ne nous convient pas. Il n’y a aucune raison qu’on nous promène ainsi. Cela fait un mois que le syndic, Daniel Rossellat, nous a promis des informations, et il n’y a toujours rien.» Il faut dire, aussi, que ce dernier est en vacances au Mexique jusqu’au 15, ce que ne manquent pas de relever plusieurs élus.