En septembre dernier, l’UDC Suisse se proposait de faire feu sur les villes «parasites de gauche», soupçonnées de financer leur grand train, y compris redistributif, avec l’argent des contribuables campagnards. Manifestement, la section genevoise du parti a entendu le message et passe à l’action. Pour ce faire, elle a choisi un thème fiscal très technique qui s’en prend à l’une des particularités du canton-ville.