Élections fédérales

Olivier Français: «Je n’ai jamais été aussi libre qu’aujourd’hui»

Alors que le Parti libéral-radical vaudois vient de décider de se lancer sans apparentement dans le scrutin d’octobre, son sénateur, Olivier Français, doit affronter le duo de gauche rose-vert féminin qui tente de le renverser

Il y a un côté granitique chez lui. Olivier Français, 63 ans, a quelque chose de brut, de direct, tant dans la parole que dans son attitude. Quand il s’énerve, il ne fait pas semblant, même en face des journalistes. Et quand il est heureux, comme ces dernières années à Berne, le conseiller aux Etats vaudois le fait savoir. Il se réjouit de cette vie parlementaire où il peut trouver des compromis, donc des majorités, et faire passer ses idées plus vite et facilement que lors de sa carrière de municipal lausannois, lorsqu’il passait son temps à remonter le courant et les pièges posés par l’ultra-majorité de gauche. Au Palais fédéral, il se sent comme chez lui, et à quelques mois des élections, il espère conserver son siège et un travail qui le passionne.

Le Temps: Vous aurez 64 ans en octobre, mais vous vous lancez tout de même dans une dernière législature. Ça veut dire que vous vous plaisez à Berne?