«Je suis certaine qu'il est là, sur le Niderhölzli!», affirme avec enthousiasme Hanni Schwab devant une carte de la région des Trois-Lacs. En pointant son index sur une petite colline boisée, à mi-chemin entre les lacs de Bienne et de Neuchâtel, l'ancienne archéologue cantonale de Fribourg est persuadée d'avoir localisé le Forum Tiberii, un vaste marché romain construit au Ier siècle après J.-C.

Mentionnée par Claude Ptolémée, astronome, géographe et mathématicien grec du IIe siècle après J.-C., cette agglomération romaine n'avait jamais pu être localisée. Malgré des recherches commencées au XVIe siècle déjà. Bien sûr, plusieurs hypothèses ont circulé, situant le forum au bord du Rhin ou à divers endroits du Mittelland. Certains ont même supposé qu'il ne faisait qu'un avec Aventicum.

Mais Hanni Schwab, qui va allègrement vers ses 80 ans, tient mordicus à son idée et n'en démordra pas. Ce petit bout de femme au caractère bien trempé connaît la région des Trois-Lacs comme sa poche, elle qui a été l'archéologue de la deuxième correction des eaux du Jura entre 1962 et 1973. Un tantinet revêche au premier contact, cet ancien professeur d'université laisse peu à peu parler sa passion, sortant diapositives et cartes pour démontrer «l'irréfutable» dans son petit bureau aux vielles armoires vitrées et aux imposantes piles de dossiers.

Hanni Schwab est une pionnière sur bien des plans. Si on lui a parfois reproché un manque de rigueur scientifique, elle reste néanmoins comme l'un des monuments de l'archéologie suisse. Elle qui a été l'une des toutes premières citoyennes élues par le peuple en 1971. Députée démocrate-chrétienne pendant dix ans, elle a même été candidate au Conseil national. Mais l'appel des vieilles pierres aura eu raison de son engagement politique. Elle a également mis au point un système de sondage systématique à la pelle mécanique lors de son travail sur la deuxième correction des eaux du Jura. Des fouilles qui lui ont permis de retrouver la trace du Forum Tiberii.

«J'avais l'intuition depuis longtemps que le site se situait sur le Niderhölzli», précise Hanni Schwab. Ptolémée fournit les premières indications, en donnant les coordonnées des trois sites importants de la région: Aventicum, Petinesca, près de Bienne, et Forum Tiberii. Son système de calcul de points géographiques, d'ordinaire peu fiable, correspond à merveille à la thèse de l'archéologue. «L'étroitesse du territoire ou la présence de repères comme les lacs ou la chaîne du Jura ont certainement limité la marge d'erreur dans les calculs du géographe», précise Hanni Schwab. Ces trois cités se trouvaient sur l'axe reliant la colonie de Julia Equestris, à Nyon, à celle d'Augusta Raurica dans la région bâloise.

L'armée suisse a également apporté de l'eau au moulin de l'archéologue. Pendant la Première Guerre mondiale, l'infanterie a creusé des tranchées et élevé des fortifications sur les flancs du Niderhölzli. Des objets ainsi que des tuiles romaines ont été retrouvés par les soldats. Pourtant, aucune fouille approfondie n'a été entreprise par la suite, «faute de moyens». Seuls quelques sondages permettent de penser qu'il y a une importante agglomération sur la colline. Pourtant, les coordonnées données par Ptolémée et les indices d'une présence romaine ne suffisent pas à prouver qu'il s'agit bien là du Forum Tiberii. Si tout semble concorder, il faut encore trouver et dater la route romaine qui le dessert. Le forum a probablement été érigé entre 14 et 37 après J.-C., sous le règne de l'empereur Tibère.

L'événement déterminant survient en 1994, lorsque le Laboratoire romand de dendrochronologie livre les résultats de la datation de bois provenant de la fouille d'un pont, tour à tour celte puis romain, qui traverse la Broye au pied du Mont Vully. Hanni Schwab peut jubiler: un pont a bien été jeté sur la rivière en 31, à l'époque de Tibère. Les traces de la voie romaine, encore visibles du ciel, prennent la direction du Niderhölzli. Sur la Thielle, des restes d'un pont romain ont également été retrouvés, accréditant la thèse de Hanni Schwab. La route de Tibère, qui suit le tracé de la route militaire d'Auguste, passe donc bel et bien à proximité du site présumé du Forum Tiberii. Le plus dur reste pourtant à faire: trouver un financement et fouiller la zone, afin de confirmer les déductions de l'archéologue.