La Suisse n’est pas hermétique à la mafia. Ce phénomène peu médiatisé dans notre pays est mis en lumière par Madeleine Rossi. La journaliste indépendante, qui s’intéresse depuis longtemps à la criminalité organisée, a sorti en mai un rapport d’une centaine de pages, en italien, intitulé «Mafias italiennes en Suisse, panorama, perception et cadre législatif». Elle traduit actuellement ce texte en français. L’occasion pour Le Temps de faire le point, avec elle, sur la présence en Suisse de la mafia, et principalement de la ’Ndrangheta, la mafia calabraise, la plus présente sur le territoire helvétique.

Le Temps: Dans votre rapport, vous soulignez que la ’Ndrangheta est bien implantée en Suisse, pourtant on ne la voit pas…