A l’heure de la crise climatique et du béton omniprésent, le bois apparaît plus que jamais comme une ressource d’avenir. Cinquième et derépisode d'une série à retrouver dans notre dossier.

A gauche du sentier, les arbres, tous semblables, dressent leurs maigres troncs vers le ciel. Jean-Pierre Kaeslin, garde forestier à Burtigny, dans le district de Nyon, les appelle les «petits soldats». Mais, contrairement à ce que suggère ce surnom, ces arbres-là ne sont pas prêts à affronter le réchauffement climatique. «C’est un peuplement vulnérable aux maladies, qui produit du bois médiocre. Ils ont été plantés dans les années 1970, quand on cherchait à rationaliser la forêt. Jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’au final, ça nous coûte plus cher», explique ce professionnel de la forêt.