L’ambiance est sombre dans ce petit salon du Centre de congrès du Kursaal à Berne. Les Amis de la Constitution, qui ont lancé le référendum contre la loi covid, diffusent des images de la manifestation des opposants à la politique du Conseil fédéral – celle-ci a réuni plusieurs milliers de personnes à Zoug. Ils ne sont pas trop déçus par l’issue de la votation. Certes, le peuple a approuvé cette loi à une majorité de 60%, mais le résultat est honorable. «Pour un mouvement citoyen apolitique et indépendant qui n’existait pas voici un an, c’est déjà un succès», se réjouit son coprésident Werner Boxler. Lequel annonce plusieurs autres référendums, dont le premier sera consacré au certificat sanitaire.

Satisfaction dans le camp du oui

Dans le camp du oui, l’heure était à la satisfaction. «Les gens ont compris les enjeux, soit le fait que cette loi a permis de débloquer de nombreuses aides à la population et à l’économie», relève Valérie Piller Carrard (PS/FR). Quant à la sénatrice Johanna Gapany, elle ne s’alarme pas du score moins net que prévu par les sondages. «Les opposants à la politique du Conseil fédéral sur la crise ont pu manifester leur grogne, ce qui est un signe que notre démocratie fonctionne bien», note-t-elle. Mais elle concède qu’il s’agira de les écouter lorsqu’on révisera la loi sur les épidémies. «Il faudra donner plus de poids au parlement, qui a jusqu’ici pu s’exprimer sur les compensations financières, mais pas sur les mesures de restriction et d’assouplissement des libertés.»