Comme il l’avait confié au Temps, Oskar Freysinger avait d’abord pensé être opposé à un «islamologue» sur la chaîne Al-Jazira mardi soir. C’est finalement face à Azzam Tamimi, controversé docteur en ­religion palestino-britannique et défenseur des attentats suicides en Israël, que le Valaisan s’est retrouvé cinquante minutes durant. Cela dans le cadre de l’émission Sens contraires, un débat en direct très suivi par une partie importante du monde musulman.

Oskar Freysinger, simplement nommé Oskar par l’animateur, était en duplex de Berne et ses propos étaient traduits en arabe «par un interprète que je n’ai pas choisi», avait-il dit avant l’émission. Il a cherché à expliquer le fonctionnement de la démocratie suisse. Mais Azzam Tamimi l’a rapidement traité de «nouveau Hitler européen qui persécute les minorités». Il l’a accusé d’exploiter l’ignorance du peuple suisse comme le dictateur allemand l’avait fait à l’époque. Choqué par cette comparaison, Oskar Freysinger s’est efforcé de garder son calme, sans parvenir toutefois à retenir ses célèbres sourires narquois.