La Société pédagogique valaisanne (SPVAL) publie ce lundi un courrier qu’elle a reçu du nouveau ministre valaisan de la Formation, Oskar Freysinger, suite à ses prises de position dans la presse. Le président de la SPVAL critiquait les déclarations de l’UDC sur les enfants sans-papier, certaines décisions prises par Oskar Freysinger concernant les semaines de vacances des enseignants et il regrettait le conflit qui oppose le nouveau conseiller d’Etat au chef du service de l’enseignement.

Oskar Freysinger s’étonne, dans son courrier, de ne pas avoir été interpellé directement par la SPVAL et « considère que cette manière de faire porte gravement atteinte à la crédibilité de la SPVAL ». Il ajoute que si la société continue de formuler ses revendications sans s’adresser au conseiller d’Etat ou à ses collaborateurs directs, le partenariat avec la SPVAL sera immédiatement interrompu. « Dans l’attente de vos éclaircissements, il est simplement suspendu », conclut-il.

Cette remise à l’ordre intervient alors que le conseiller d’Etat devait rencontrer la SPVAL ce prochain samedi 8 juin, dans un contexte tendu entre les enseignants et le nouveau chef de département. La tension la plus vive a été causée par les déclarations d’Oskar Freysinger au sujet des enfants sans-papier il y a deux semaines. Dans une interview à la RTS, il estimait normal que les enseignants renseignent l’Etat sur le statut de leurs élèves. Avant de démentir cette déclaration quelques jours plus tard.