On les reconnaît à leurs casques jaunes. Tous des ouvriers polonais. Ils viennent des chantiers navals de Gdansk, rendus célèbres en 1980 pour s’être mis en grève et avoir déclenché la révolution grâce au syndicat Solidarnosc et son leader Lech Walesa. Aucune crainte de semblable soulèvement à Ouchy. Ces hommes ont des salaires suisses et les conditions de travail sont bonnes. Ces Polonais sont en train de bâtir le Naviexpress, navire futuriste de 60 m de long pour 12 de large et d’un poids de 350 tonnes, qui voguera en 2023 sur le Léman entre Evian et Lausanne.