«Le peuple genevois ne s'est pas laissé embarquer par l'argumentation nauséabonde de l'UDC.» Ministre socialiste des Institutions, Laurent Moutinot a affirmé dimanche sa satisfaction de voir que «l'affiche indigne» du parti de la droite dure, qui clamait «Non à un bonus fiscal pour des pacsés inféconds et aisés», n'ait pas influencé les Genevois. Le résultat est effectivement sans appel: 82,92% des citoyens ont accepté la modification des lois sur les droits de succession et d'enregistrement pour les couples pacsés.

Pas de regret de la droite dure

Le taux de participation a péniblement atteint 28,85%. C'est que l'objet, soutenu par tous les partis sauf l'UDC, n'était guère controversé: il s'agissait de mettre en conformité la législation cantonale avec le droit fédéral, qui confère depuis le 1er janvier aux partenaires homosexuels le même statut que les couples mariés en matière de droit successoral, d'impôts, d'assurances sociales et de prévoyance professionnelle.

L'affiche de campagne du parti de la droite dure avait fait scandale à Genève. L'ensemble des formations avaient condamné le slogan homophobe de l'UDC. Une résolution dénonçant des affiches contraires à la Constitution en raison de leur caractère discriminatoire avait même été votée par des élus au Grand Conseil.

Loin de faire amende honorable, le secrétaire général de l'UDC genevoise, Eric Bertinat, affirmait dimanche: «Je ne regrette pas du tout notre affiche. Nous avons été les seuls à chercher le débat. Par ailleurs, nous continuerons à nous battre pour défendre la famille, qui se trouve affaiblie par ce scrutin.» La votation aura en tout cas poussé l'l'UDC, qui négocie sa place à droite dans la perspective des élections fédérales, à se positionner clairement.