Genève 

Le panel d’«Infrarouge» fâche les collectifs féministes

Certaines organisatrices de la grève du 14 juin, qui n’ont pas été conviées sur le plateau de la RTS, protestent. Le producteur de l’émission assume son choix

C’est un bad buzz comme internet en a le secret. A deux jours de la grève féministe du 14 juin, l’émission de débat de la RTS Infrarouge est dans le collimateur des organisatrices, fâchées de ne pas avoir été conviées à la discussion de ce mercredi sur les suites de la mobilisation. Son producteur, Alexis Favre, assume la composition du plateau et a invité les intéressées à venir s’exprimer en début d’émission. Coïncidence, ce n’est pas lui qui animera le débat mais Cynthia Gani, amenée dorénavant à le remplacer de manière ponctuelle.

Au sein des organisatrices, un mélange de stupeur et de colère domine face à cette «invisibilisation crasse». «Parler de l’après-grève sans inviter les personnes qui travaillent à son organisation depuis un an est tout simplement absurde et aberrant», tance Françoise Nyffeler, membre du collectif genevois pour la grève féministe. «L’un des enjeux du mouvement c’est précisément de rendre visible la cause des femmes, or ce débat montre bien à quel point c’est important, à quel point on est loin du compte. On ne va pas s’arrêter là.»

«Manque de reconnaissance»

Des centaines de commentaires réprobateurs et outrés, une lettre ouverte et un appel à manifester ce soir devant la tour RTS: les voix critiques se font entendre sur les réseaux sociaux depuis ce week-end. «Précisons tout de même qu’avant d’en arriver là, plusieurs d’entre nous ont contacté la RTS pour faire entendre nos revendications», affirme Françoise Nyffeler, qui déplore encore le «manque de reconnaissance envers les centaines de milliers de femmes qui seront mobilisées vendredi dans toute la Suisse». Après une longue hésitation, le collectif a accepté de venir s’exprimer en début d’émission.

Lire aussi: Ces femmes au carrefour des inégalités

Face aux critiques, l’intéressé maintient le cap. «En tant qu’émission de débat hebdomadaire, Infrarouge n’a pas vocation à couvrir l’actualité», souligne Alexis Favre, qui rappelle qu’il ne s’agit pas d’une émission sur la grève elle-même mais sur les changements qu’elle peut engendrer notamment en matière d’égalité salariale et d’accès à des postes à responsabilités. «Il est par ailleurs faux de dire que les intervenantes n’ont pas été conviées, Valérie Borioli Sandoz, responsable de l’égalité chez Travail.Suisse, faîtière syndicale qui a activement participé aux collectifs d’organisation, sera présente.» A ses côtés, la conseillère d’Etat genevoise Nathalie Fontanet, l’UDC vaudoise Lucie Rochat, Christophe Reymond, directeur général du Centre patronal, Ada Marra, conseillère nationale socialiste et enfin Florian Evéquoz, cofondateur du mouvement non partisan Appel Citoyen.

«Querelles de chapelle»

A ses yeux, l’affaire en cours résulte de «querelles de chapelle entre syndicats». «Il est déplorable que le service public et ses téléspectateurs soient pris en otage de la sorte», estime-t-il, soulignant au passage «qu’un mouvement qui a cru bon de ne pas inclure (ou d’inclure du bout des lèvres) les hommes cisgenres donne aujourd’hui des leçons d’inclusion». Régulièrement pris à partie sur les réseaux sociaux pour ses plateaux jugés trop masculins, le présentateur rappelle que depuis son arrivée, «Infrarouge a dépassé les 33% de femmes en plateau, soit le plus haut taux jamais atteint».

Lire aussi: Dites-moi oui, Mesdames, s’il vous plaît!

Ce n’est pas la première fois que l’émission de débat cristallise les tensions. «Avant chaque votation, certains camps nous reprochent d’avoir davantage donné la parole aux autres et inversement», souligne le rédacteur en chef de l’actualité à la RTS Bernard Rappaz. Dans le cas précis, il estime qu’il ne faut pas réduire la couverture de la grève par la RTS à Infrarouge. «Nous avons abondamment donné la parole aux organisatrices dans nos différentes éditions, Infrarouge est un élément du dispositif qui se concentre en l’occurrence sur l’après-14 juin. Il faut laisser les journalistes faire leur travail. Ce faux procès n’a pas de sens.»

Lire aussi: Les mille couleurs du féminisme politique

Publicité