Visite

Le pape salue «le pardon» entre chrétiens lors de sa messe

Devant des dizaines de milliers de personnes réunies à Palexpo, le pape a appelé à la solidarité et au pardon

A l'occasion de la venue du Pape, Le Temps vous propose une série d'articles consacrés à l'événement:

Le pape François a appelé ses dizaines de milliers d’ouailles réunies pour une grande messe à Palexpo à Genève à faire preuve de solidarité avec les plus vulnérables. Dans son homélie, il a salué les bienfaits du «pardon» des dernières décennies entre chrétiens.

Moins de fidèles que prévu

«Chacun doit prendre soin des frères de l’unique famille humaine», a insisté le Saint-Père en présence de près de 530 prêtres, dont des dizaines à ses côtés, et des catholiques venus surtout de Suisse romande, d’Italie et de France. «La nourriture de base pour la vie quotidienne des peuples doit être accessible à tous», a-t-il affirmé.

Quelque 41’000 billets avaient été attribués mais la police a estimé la participation à 30’000 personnes. Après son discours à l’occasion des 70 ans du Conseil oecuménique des Eglises (COE), le pape François a également à nouveau lancé un message d’unité avec les autres chrétiens. Sans pour autant annoncer que l’Eglise catholique rejoindrait cette organisation.

Appel à la simplicité

«Nous pardonner entre nous» après des «siècles de controverses et de déchirures», «quel bien cela nous a fait et continue à nous faire», a-t-il insisté. Plus largement, il a dénoncé le quotidien de beaucoup de personnes, devenu comme «drogué».

Et d’appeler à des habitudes plus «sobres», établies sur les «relations personnelles, non virtuelles». Avec le «souci de ceux qui nous entourent», a aussi affirmé le Saint-Père.

Il était entouré d’un détachement de la Garde pontificale alors que le président de la Confédération lui a garanti que la Suisse continuerait de soutenir ce dispositif de protection. Palexpo n’avait pas accueilli depuis longtemps une affluence aussi importante, situation particulière selon le président du gouvernement genevois Pierre Maudet. Parmi celle-ci figurait la conseillère fédérale Doris Leuthard, très applaudie.

Publicité