«Pas question de subventionner le travail au noir.» Martelé par la droite, MCG et UDC en tête, le slogan n’aura pas convaincu les Genevois. Plus de 68% d’entre eux ont accepté le Fonds d’indemnisation cantonal destiné aux travailleurs précaires frappés par la crise du Covid-19. Collaborateurs sur appel, étudiants, indépendants ou encore travailleurs sans papiers bénéficieront des 15 millions de francs prévus par l’Etat. Un signal fort alors que la crise a fait émerger une précarité grandissante à Genève, et qui vient s’ajouter à celui de septembre sur le salaire minimum.

Lire aussi: A Genève, l'aide d'urgence pour les plus précaires triomphe