L'élection du nouveau procureur général de la Confédération est une nouvelle fois retardée. La commission judiciaire de l'Assemblée fédérale temporise: elle ne mettra pas le poste au concours immédiatement, mais plus tard, dans le courant de cette année, a-t-elle annoncé mercredi.

Alors que les deux précédentes mises au concours ne lui ont pas permis de trouver la perle rare qui succédera à Michael Lauber à la tête du Ministère public de la Confédération (MPC), la commission ne donne aucune précision sur son agenda. Elle veut toutefois attendre les premières décisions politiques sur l'organisation du MPC.

Le 24 février: Nouveau pataquès pour la succession de Michael Lauber

Des décisions à venir

Les Chambres fédérales doivent notamment se prononcer sur un relèvement de l'âge limite du procureur général de la Confédération. Actuellement, la fonction ne peut pas être occupée au-delà de l'âge légal de la retraite, ce qui restreint le nombre de candidats potentiels. Une initiative parlementaire propose de faire passer la limite à 68 ans, comme pour les juges fédéraux.

La commission judiciaire veut aussi connaître les recommandations des commissions de gestion sur la future structure du MPC. Dans la foulée, elle cherche à renforcer les instruments dont elle dispose pour la recherche de candidats et la protection de la confidentialité.

Lire aussi: Une initiative parlementaire veut changer le mode d’élection du procureur général de la Confédération

Cinq candidats auditionnés

Le 24 février, la commission a décidé de remettre le poste au concours après l'audition de trois candidats. Maria-Antonella Bino, Lucienne Fauquex et Félix Reinmann n'ont pas fait l'unanimité, tout comme le procureur général genevois Olivier Jornot et le procureur fédéral fribourgeois Andreas Müller quelques mois auparavant.

Le successeur de Michael Lauber aurait dû prendre ses fonctions le 1er janvier 2021. Mis en cause notamment pour ses rencontres informelles avec le président de la FIFA Gianni Infantino, l'ancien chef du MPC a quitté son poste le 31 août dernier.

Depuis le 1er septembre, les affaires officielles du procureur général sont gérées par les deux anciens adjoints de M. Lauber, Ruedi Montanari et Jacques Rayroud. Le président de l’Autorité de surveillance du MPC a confirmé à la commission que cette suppléance fonctionne bien, selon le communiqué.