Le Conseil national est favorable aux mesures susceptibles de renforcer la sécurité routière. Par 129 voix contre 45, il a refusé l’avis de l’UDC qui ne voulait pas entrer en matière sur le programme Via sicura. Ulrich Giezendanner (UDC/AG) s’est opposé en vain à une «criminalisation des conducteurs et usagers de la route». «Je serais ravie de renoncer à légiférer et faire confiance à la liberté individuelle», a répondu la conseillère fédérale Doris Leuthard. L’objectif de Via sicura est de réduire d’environ un quart le nombre de morts et de blessés sur les routes de Suisse, sans être trop contraignant.