Séance houleuse ce vendredi pour le Grand Conseil genevois réuni en séance extraordinaire sur demande du Mouvement citoyens genevois (MCG) et de l’UDC. Une douzaine de militants s’opposant «au discours prôné par ces partis «a causé l’interruption de la session pendant une dizaine de minutes. Sous les chants appelant à «régulariser les sans-papiers «ou à ne «virer ni les réfugiés ni les immigrés mais le MCG et l’UDC", le seul membre de la police cantonal présent à la tribune du public a peiné à faire sortir les activistes.

Une séance déjà contestée

Il faut dire que la tenue de cette séance extraordinaire du Grand Conseil était déjà fortement contestée par la majorité des partis politiques genevois qui hurlaient à l’instrumentalisation de leur Parlement cantonal à l’orée d’élections fédérales. Dans leur ligne de mire: le MCG et l’UDC qui ont contraint les 100 députés à se rassembler pour débattre de questions liées à l’asile. Les deux formations avaient réuni les 30 paraphes (et autant de sièges) nécessaires à la convocation de l’assemblée.

Sans surprise, le plénum a sèchement rejeté deux des trois résolutions qu’avait déposées la «Nouvelle Force", du nom de l’alliance entre l’UDC et le MCG. Les deux textes visaient à «restructurer «l’aide au développement que verse annuellement le Canton pour consacrer ce montant – soit 7,5 millions de francs – aux migrants «fuyant le Moyen-Orient «ainsi qu’à «inviter le gouvernement genevois à signifier par écrit au Conseil fédéral sa détermination à refuser des quotas de migrants imposés par l’Union européenne à la Confédération".

«Vous êtes des hypocrites"

Député et président d’honneur du MCG, Eric Stauffer n’a pas manqué de vitupérer contre ses collègues, déplorant leur refus d’une mesure «rapide et concrète «et les qualifiant d'"hypocrites". «Les vrais coupables, c’est vous!, a-t-il vociféré. Vous démontrez qu’il est plus urgent de ne rien faire."

Chez ses adversaires, on ne manque pas de qualificatifs pour désigner la «manoeuvre électoraliste «de la Nouvelle Force. Tels que «gesticulations et instrumentalisation déplorable «pour la candidate au National Sophie Forster Carbonnier, «résolutions inutiles", pour le député d’Ensemble à Gauche Pierre Gauthier ou "plaisanterie «aux yeux de la démocrate-chrétienne Béatrice Hirsch.

PLR en appui de l’UDC et du MCG

Seule résolution à éviter l’enterrement: la proposition de l’UDC à «revoir le montant des indemnités forfaitaires «des requérants d’asile et à «modifier la répartition entre cantons des demandeurs d’asile", entendez par là, «diminuer le pourcentage des requérants d’asile attribués au canton de Genève". Appuyé par les voix du Parti libéral-radical, le texte a été renvoyé en commission sociale.

Cyril Aellen, député PLR qui a soutenu le renvoi dit «ne pas partager la volonté de l’UDC de revoir à la baisse le nombre de migrants que le canton accueille". «Mais j’estime qu’il n’y a pas de tabous à obtenir les réponses que la population se pose. «Exemple? «Quel est le nombre maximal de migrants que nous pouvons accueillir? Quel coût cela représente-t-il pour la collectivité? Comment allons-nous gérer ce flux? Obtenir de réponses à ces questions pourrait nous être très utiles, surtout si nous devons défendre les intérêts genevois vis-à-vis des autres cantons."