Une situation encore «plus dure» qu’avant l’accord-cadre et des options qui se réduisent pour la Suisse si celle-ci ne présente pas prochainement un plan pour sortir de l’ornière. C’est sur un constat pessimiste que la délégation de la Commission de politique extérieure du Conseil national, emmenée par sa présidente Tiana Angelina Moser (PVL) et son vice-président Franz Grüter (UDC), a achevé mercredi une visite de trois jours à Bruxelles.