Les partis gouvernementaux s'emploient à mobiliser l'attention pour se profiler à l'approche des élections fédérales d'octobre. Le Parti démocrate-chrétien (PDC) a ainsi décoché ce week-end des flèches contre le ministre des Transports socialiste, Moritz Leuenberger. En tête des sondages dans la dernière ligne droite, l'Union démocratique du centre (UDC) se signale de son côté par un projet d'annonce de campagne choc dans le canton de Saint-Gall notamment.

Après la récente campagne d'affichage du Parti socialiste distillant des piques contre les conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Joseph Deiss, les autres partis gouvernementaux ne veulent pas demeurer en reste. Le PDC a choisi ce week-end la lettre ouverte pour exprimer ses griefs contre la politique de sécurité aérienne du ministre des Transports, Moritz Leuenberger. La missive a été envoyée vendredi, selon Beatrice Wertli, porte-parole du PDC. L'annonce a été bien orchestrée, le téléjournal de la Télévision alémanique et la NZZ am Sonntag ayant été informés samedi, et les autres médias dimanche. La lettre concerne le rapport d'analyse du département de Moritz Leuenberger sur la sécurité aérienne publié le 1er juillet dernier. Le PDC demande au conseiller fédéral de prendre immédiatement ses responsabilités et de dissiper les malentendus dans son département. Selon les médias précités, le parti de Philipp Stähelin a dans son viseur le directeur de l'Office fédéral de l'aviation civile, André Auer.

De son côté, le Parti socialiste, une fois n'est pas coutume, n'a pas profité de l'effet d'annonce du dimanche, mais donne rendez-vous aux médias lundi sur la place Fédérale. Le PS veut dévoiler à cette occasion sa dernière campagne d'affichage, qui, selon certaines indiscrétions, représenterait le serment du Grütli revisité, les trois hommes arborant des T-shirts en faveur de l'Union européenne et de l'ONU.

Slogan raciste

En attendant, l'UDC a fait parler d'elle dans la SonntagsZeitung, via un projet d'annonce de campagne de sa section saint-galloise. Le slogan «Nous, Suisses, sommes toujours plus des nègres» envisagé pourrait, selon des experts interrogés par le journal, conduire à une plainte pour racisme et attirer ainsi l'attention. Il gêne tant Ueli Maurer, président de l'UDC, que Hermann Weyeneth, président de la section bernoise.

Reste le Parti radical. Souhaitant apparemment mettre en valeur l'image d'un parti prenant ses responsabilités sur des questions de fond, le PRD annonce pour mardi une conférence de presse sur le thème «Education, recherche et innovation: garantir les emplois du futur». Il demeure que le parti se réservera aussi une place médiatique avec l'annonce définitive, après la pause d'été, du retrait du ministre des Finances, Kaspar Villiger.

Dans le SonntagsBlick, les femmes PRD ont fait entendre leur voix en vue de la succession de Kaspar Villiger, à leurs yeux trop vite réservée à Franz Steinegger. La présidente des femmes PRD et conseillère d'Etat glaronaise, Marianne Dürst, a aussi adressé une pointe à son collègue de parti et président de la Confédération, Pascal Couchepin, dont certaines critiques à l'égard de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey ont été mal perçues par les femmes.