L’élection vaudoise de mars 2022 est d’ores et déjà jouée. Le statu quo est programmé au Conseil d’Etat. Sauf accident, il demeurera composé de trois socialistes, trois PLR et un Vert. En lançant chacun un nombre de candidats égal à celui de leurs sièges, les trois partis gouvernementaux ont bunkérisé leur position et par là même verrouillé le scrutin. Personne n’a osé bouger les lignes, prendre de risques. Les écologistes n’ont ainsi pas voulu bousculer l’alliance de gauche, alors qu’ils auraient été légitimes de présenter une deuxième personne. Les préoccupations climatiques attendront donc au moins cinq ans avant d’être mieux représentées à l’exécutif du canton.