Fiscalité

Pascal Broulis: «Les doutes seront levés»

Le parlement vaudois aborde en ce moment la situation fiscale du ministre des Finances. Nuria Gorrite annonce que le gouvernement soumettra les documents fiscaux du ministre des Finances au professeur de droit Xavier Oberson

Au Grand Conseil vaudois, c’est la tension des grands jours. La tribune de presse est pleine à craquer, et le président du PLR vaudois, Frédéric Borloz, s’est rapatrié de Berne – il est aussi conseiller national – pour être présent dans l’hémicycle cantonal. Depuis près de deux heures, il est question des impôts de Pascal Broulis.

Objet de polémique depuis des semaines, le dossier fiscal du ministre des Finances a été traité conformément à la loi, vient d’affirmer Nuria Gorrite, qui préside le Conseil d’Etat. Elle annonce que la déclaration d’impôt du conseiller d’Etat sera soumise à une expertise indépendante.

Xavier Oberson se penchera sur les dossiers

Le contrôle sera réalisé par le professeur de droit Xavier Oberson. Ses résultats seront rendus publics, assure Nuria Gorrite. Il doit permettre de confirmer les conclusions du Conseil d’Etat concernant la situation fiscale du chef des Finances vaudoises.

A ce propos: Pascal Broulis se dit prêt à un contrôle fiscal

Au vu des faits retenus par l’autorité fiscale, le gouvernement constate en effet que le dossier a été traité conformément à la loi et aux principes d’indépendance et d’égalité de traitement des contribuables.

«Je n'ai rien à cacher», a lancé le conseiller d'Etat devant l'assemblée. «J'ai proposé de me soumettre à l'inspectorat fiscal. Les doutes seront levés.» Il ajoute: «Dès mon élection, je me suis organisé pour garder l'épicentre de ma vie familiale à Sainte-Croix, ma commune de naissance.»

Nuria Gorrite répondait à une interpellation déposée par le député Hadrien Buclin, du groupe Ensemble à gauche, à titre de suppléante du chef des Finances et des relations extérieures. Depuis des semaines, Pascal Broulis est au cœur de la polémique à cause de sa situation fiscale.

A ce sujet: L’affaire Broulis prend une tournure politique

Publicité