Pascal Couchepin démissionne. La présidente du Conseil national Chiara Simoneschi (PDC/TI) a lu la lettre annonçant le départ du conseiller fédéral vendredi sur le coup de 08h00 à la Chambre du peuple.

Âgé de 67 ans, le radical valaisan quittera le gouvernement le 31 octobre de cette année. Il aura passé 11 ans au Conseil fédéral, dont sept à la tête du Département fédéral de l’intérieur.

Pascal Couchepin est ensuite entré dans la salle sous les applaudissements des parlementaires.

«J’ai reçu une lettre qui m’a profondément émue», a déclaré la présidente du Conseil national Chiara Simoneschi vendredi matin en ouvrant la séance. La Tessinoise a ensuite donné lecture de la lettre de démission de Pascal Couchepin.

«Je souhaite remercier Pascal Couchepin pour le respect dont il a fait preuve envers le Parlement», a déclaré la Tessinoise. «C’est un acte très respectueux que d’avoir informé l’Assemblée fédérale avant d’informer la presse. Je le remercie pour son activité à la tête du Département fédéral de l’intérieur, mais surtout comme magistrat et chef d’Etat.»

Et la première citoyenne du pays de remercier aussi le conseiller fédéral «pour son amitié personnelle toujours basée sur le respect malgré les différences d’opinion.» Dans sa lettre, le radical valaisan a lui remercié les Chambres fédérales «pour la confiance qu’elles m’ont témoigné.»

Vacance simple

Avec la démission de Pascal Couchepin, le Parlement se retrouve à nouveau face à une vacance simple au Conseil fédéral. Ce cas de figure est le plus répandu depuis 1959. Mais, après les élections fédérales de 2007, les observateurs misaient plutôt sur un départ à plusieurs.

La dernière triple élection a eu lieu en décembre 1973. Le dernier cas de double vacance remonte quant à lui à 1999, avec les départs simultanés de Flavio Cotti et d’Arnold Koller. Depuis, tous les ministres ont démissioné seuls: Adolf Ogi en 2000, Ruth Dreifuss en 2002, Kaspar Villiger en 2003, Joseph Deiss en 2006, Samuel Schmid en 2008.

Entretemps le Parlement s’est livré deux fois à un autre exercice, celui d’évincer un conseiller fédéral: Ruth Metzler en a fait les frais en 2003 au profit de Christoph Blocher qui n’a pas été réélu quatre ans plus tard.

Le départ de Pascal Couchepin, annoncé à la surprise générale vendredi devant le Conseil national, vient contredire certaines prédictions faites par les observateurs. Les spéculations allaient toutefois bon train depuis un quelque temps.

Le doyen de fonction du gouvernement Moritz Leuenberger et Hans- Rudolf Merz, victime d’un accident cardiovasculaire l’an dernier, pourraient partir eux aussi avant la fin de la législature en 2011.