Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pascale Baeriswyl à Berne en février 2017.
© ALESSANDRO DELLA VALLE

Suisse-UE

Pascale Baeriswyl succédera à Jacques de Watteville début avril

La secrétaire d’Etat aux affaires étrangères prendra la lourde charge des relations avec l’UE, que le Vaudois retraité avait conservée

La secrétaire d’Etat aux affaires étrangères Pascale Baeriswyl succédera à Jacques de Watteville pour coordonner les négociations avec l’Union européenne. Le Conseil fédéral l’a nommée mercredi. Le Département des affaires étrangères reprend ainsi la main.

Après trente-cinq ans de travail à la Confédération, le Vaudois prend sa retraite. La Bâloise de 48 ans prendra ses nouvelles fonctions le 1er avril. Ce changement était attendu.

Lire aussi: Jacques de Watteville prend sa retraite, mais garde le dossier européen

Le Conseil fédéral a nommé la diplomate en décembre au poste de secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Elle était alors vice-directrice de la Direction du droit international public.

En place à Bruxelles

Pascale Baeriswyl a été la première femme déjà mère de famille à commencer la carrière diplomatique en l’an 2000. Au cours de sa carrière diplomatique, Elle a notamment été en charge des questions de sécurité et de politique extérieure à la Mission suisse à Bruxelles de 2005 à 2008. Elle a également dirigé la section politique de la Mission suisse de l’ONU à New York jusqu’en 2013.

Elle est rentrée à Berne ensuite. La division qu’elle dirigeait traite notamment du dossier de la restitution d’avoirs illicites et des traités internationaux. Par ses fonctions, Pascale Baeriswyl occupe le titre d’ambassadeur, mais elle n’a jamais dirigé d’ambassade.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a