Au 29e étage du 633 Third Avenue, en plein Manhattan, la vue est belle. C’est là, au cœur de la mission suisse, que nous reçoit Pascale Baeriswyl, ambassadrice auprès des Nations unies. Il y a vingt ans, la Suisse adhérait à l’ONU en devenant le premier pays à faire ce choix à la suite d’un vote populaire. Nouvelle étape le 9 juin, avec son accession au Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans, du 1er janvier 2023 au 31 décembre 2024, comme un des dix membres non permanents. «Si nous sommes élus», précise Pascale Baeriswyl, toujours prudente. Passionnée de jazz, l’ambassadrice, qui en est à son deuxième poste à New York, évoque l’image de la Suisse à l’ONU, son implication dans des réformes essentielles. Et le tout nouveau défi qu’elle est sur le point de relever.