Ignazio Cassis a créé la surprise ce vendredi en annonçant la nomination de la nouvelle cheffe de la Direction du développement et de la coopération. Il s’agit de Patricia Danzi, actuellement directrice régionale pour l’Afrique au sein du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Agée de 50 ans, cette femme de couleur succédera le 1er mai 2020 à Manuel Sager, qui prend sa retraite au printemps prochain.

Lire aussi: Manuel Sager: «La coopération suisse va se concentrer sur quatre régions»

La Suisse métissée

S’il fallait un visage pour incarner la Suisse cosmopolite d’aujourd’hui, ce serait elle. Mère alémanique, père nigérian, premier mari tessinois: Patricia Danzi, qui parle sept langues, a d’abord porté les couleurs helvétiques aux Jeux olympiques d’Atlanta de 1996 en tant qu’heptathlète avant d’entamer une brillante carrière dans l’humanitaire. Elle a étudié la géographie avec une spécialisation en sciences de l’environnement et de l’agriculture à l’EPFZ, puis a suivi des études en coopération au développement à l’Université de Genève. En 1996, elle entre au CICR, où elle devient cheffe adjointe du secteur de la Corne de l’Afrique en 2004. En 2008, elle reprend la direction opérationnelle du continent américain. Depuis quatre ans, elle dirige les opérations en Afrique. A ce titre, elle est ainsi responsable de 7500 employés et gère un budget de 750 millions de dollars.

Lire aussi: Hugo Fasel: «Le stress dans le monde des ONG est énorme»

Lors de la conférence de presse menée par Ignazio Cassis, Patricia Danzi est apparue ouverte et très à l’aise dans la communication: «Je suis fière de ce pays, la Suisse, qui inscrit sur son drapeau les valeurs de l’humanitaire et de la coopération», a-t-elle souligné. D’emblée, elle a mis le doigt sur la difficulté des défis qu’elle aura à relever: la nécessité du multilatéralisme sur le plan international et d’une politique cohérente entre tous les départements fédéraux à l’échelon intérieur, ce qui est loin d’être le cas actuellement concernant le climat, selon les Verts.

Nouvelle culture à la DDC

Au printemps dernier, Ignazio Cassis avait annoncé un changement de culture à la DDC, dont il souhaite une politique de coopération au service des intérêts de la Suisse et axée sur la collaboration avec l’économie privée. Cela lui avait valu de nombreuses critiques de la part des ONG déplorant le manque de générosité et de solidarité des nouvelles priorités. En nommant une femme charismatique ayant une solide expérience de médiation dans de nombreuses zones de guerre et de crise, le chef du DFAE fera vite oublier ces critiques.