La conseillère d'Etat tessinoise Patrizia Pesenti a fait savoir lundi qu'elle se retirait de la course à la succession de Ruth Dreifuss au Conseil fédéral. «J'ai décidé de me retirer pour ne pas créer de problème au Parti socialiste suisse» a-t-elle déclaré. Et de poursuivre, non sans cacher une certaine amertume face au choix de la direction du PS: «Les luttes internes ne sont pas de mise en cette période économique difficile pour la population.» L'ex-candidate s'est exprimée uniquement en italien face à la presse, parce qu'il lui a été reproché de trop souvent prendre la parole en allemand. «Nous demanderons des éclaircissements à la direction du parti à propos de son peu d'attention et de considération pour les minorités linguistiques et culturelles au sein du PS», a prévenu de son côté Anna Biscossa, présidente du PS tessinois. Jean Studer reste lui pour le moment dans la course: il ne se prononcera définitivement sur sa candidature qu'en fin de semaine. Le conseiller aux Etats neuchâtelois avait dit vendredi qu'il maintiendrait sa candidature si Patrizia Pesenti restait dans la course.

LT