La décision risque de provoquer des remous. Ministre jurassien de l’Economie et de la Santé depuis le début de l’année, avec une volonté de tourner le Jura vers Bâle, le PLR Jacques Gerber entend donner une nouvelle orientation au conseil d’administration de l’Hôpital du Jura. Il a ainsi décidé de ne pas renouveler, à la présidence, le mandat de la Genevoise Pauline de Vos Bolay qu’avait engagée, au printemps 2013, l’ancien ministre de la Santé, le socialiste Michel Thentz. Solidaire, le vice-président François Héritier s’en va lui aussi. Le reste du conseil d’administration reste en place.

Lire aussi: «L’Hôpital du Jura a sa place, s’il trouve les bonnes alliances»

Interpellé par Le Temps, Jacques Gerber «ne confirme rien», dit-il, s’étant engagé à communiquer sur le sujet lorsqu’il aura «réglé tous les détails». Mais il note qu’une «communication est imminente».

Si elle est débarquée aujourd’hui, c’est parce que Pauline de Vos Bolay occupe également la présidence du conseil d’administration de l’Hôpital neuchâtelois où elle voue d’ailleurs l’essentiel de son énergie. Son mandat prévoyait un jour hebdomadaire de travail pour l’hôpital jurassien, sans compter la préparation des dossiers. Il était rémunéré à hauteur de 60 000 francs par année, sans les frais.

Double casquette problématique

La double casquette de la Genevoise était considérée comme un «problème» pour le Jura. Des politiciens avaient déjà demandé sa destitution au printemps 2015, estimant qu’on ne peut pas servir deux maîtres concurrents à la fois. Michel Thentz y avait souscrit, avant de se raviser, car l’entier du conseil d’administration aurait alors claqué la porte.
La mise à l’écart de Pauline de Vos Bolay surprend, car depuis son arrivée dans le Jura il y a près de trois ans, elle a réussi à pacifier un conseil d’administration qui dysfonctionnait jusque-là. Elle a aussi, avec la direction, remis sur les rails une institution qui présentait un lourd déficit de plus de 10 millions et qui produira des comptes 2015 bénéficiaires. Son action et sa stratégie ne semblent pas avoir été la cause de sa mise à l’écart, mais bien son double engagement neuchâtelo-jurassien.

Qui pour succéder à Pauline de Vos Bolay à la présidence de l’HJU? Jacques Gerber oppose un «non» sec lorsqu’on lui pose la question. Tout indique que le nom du nouveau président ne sera pas divulgué dans la foulée, mais dans un second temps. Plusieurs sources font état de la volonté du gouvernement jurassien de confier cette présidence à une personnalité du cru, connaisseuse des enjeux hospitaliers. Le nom de l’ancien ministre Philippe Receveur, qui a quitté le gouvernement à la fin de 2015 et qui fut chef du département de la Santé de 2006 à 2010 – il avait ensuite pris le département de l’Environnement et de l’équipement – est évoqué.