Tandis que les annonces du Conseil fédéral concernant la révision des mesures sanitaires sont attendues ce mercredi 1er février, nos voisins européens ont déjà pris les devants. Des pays considèrent que les nombres de nouveaux cas, d’hospitalisation et de décès liés au covid-19 sont suffisamment en baisse pour pouvoir cesser d’appliquer des restrictions. Certains estiment que la part de la population vaccinée est assez conséquente pour espérer avoir atteint l’immunité collective. D’autres encore considèrent que ses habitants doivent désormais vivre normalement avec le virus du Sars-CoV-2. Etat des lieux des changements en vigueur.

Lire aussi: Comment la Suisse se compare-t-elle aux pays ayant levé les restrictions?

L'Union européenne

Les Vingt-Sept ont décidé de mieux coordonner les règles applicables aux déplacements au sein de l’Union. Un accord entre les pays membres de l’UE a été annoncé le 25 janvier pour éviter d’imposer des tests aux personnes vaccinées lors de leurs déplacements.

Cette recommandation entre en vigueur ce 1er février, en même temps que la mesure fixant à neuf mois, soit 270 jours, la durée de validité des certificats de vaccination.

Le variant «Omicron s’est désormais répandu dans toute l’Europe et il est temps d’envisager l’abandon des mesures supplémentaires […] rendant les déplacements plus difficiles et moins prévisibles dans toute l’UE», ont déclaré Stella Kyriakides et Didier Reynders, les commissaires européens à la Santé et à la Justice.

L'Italie

L’Italie a décidé d’appliquer la recommandation européenne et facilite depuis aujourd’hui l’entrée aux voyageurs européens. Le pays «semble avoir atteint le pic» de la vague. Celle-ci «est en train de redescendre», soulignait le 24 janvier Francesco Paolo Figliuolo, coordinateur de la campagne de vaccination.

Depuis ce 1er février, les vaccinés n’ont plus l’obligation de présenter un test négatif. Les non-vaccinés sont quant à eux exemptés de quarantaine à leur arrivée. Le pass vaccinal est toujours exigé pour accéder à la plupart des lieux.

De plus, les autorités italiennes peuvent réaliser des tests aléatoires dans les aéroports, gares, ports ou frontières. Si le résultat de ce test s’avère positif, la personne sera placée en isolement, qu’elle dispose d’un pass vaccinal ou non.

La France

Depuis le 24 janvier, le «pass vaccinal» a remplacé le «pass sanitaire» dans l’Hexagone. Ce dernier permet aux personnes vaccinées, de 16 ans et plus, d’accéder aux transports en commun, aux activités de loisirs, restaurants, bars et événements. La présentation d’un test négatif n’est plus tolérée.

Le premier ministre français Jean Castex a annoncé le 20 janvier son intention d’abandonner la plupart des restrictions. Le Conseil scientifique, qui conseille l’exécutif dans la gestion de la crise sanitaire, estime que les hôpitaux seront en mesure de supporter la vague.

Ainsi, le port du masque ne sera plus obligatoire à l’extérieur à partir du 2 février. Les jauges instaurées dans les lieux recevant du public sont elles aussi abandonnées. Le télétravail «ne sera plus obligatoire», mais «recommandé». Fermées depuis le 10 décembre dernier, les discothèques pourront rouvrir leurs portes le 16 février prochain. A cette date, les concerts pourront eux aussi reprendre. Les clients pourront consommer debout dans les bars, mais aussi assis dans les stades, les cinémas ou les transports.

La Belgique

La Belgique, qui a choisi d’adapter ses mesures en fonction d’un «baromètre» de la situation sanitaire, a opté pour un allègement des règles imposées le 21 janvier dernier. Ainsi, les lieux de loisirs sont de nouveau ouverts dans le pays.

Le port du masque, le télétravail et les certificats de vaccination sont toujours en vigueur.

L'Angleterre

Le gouvernement britannique mise sur le fait que sa population va vivre normalement avec le virus du Sars-CoV-2. Le premier ministre britannique, Boris Johnson, déclarait le 19 janvier que les «obligations légales» devraient être remplacées «par des conseils et recommandations.»

Depuis le 27 janvier, le fameux pass sanitaire n’est plus exigé pour pouvoir assister à un événement. Le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux publics, et ce même à l’intérieur comme dans les parties communes des écoles. Il est uniquement recommandé de le porter dans les espaces «où vous pourriez être en contact avec des personnes que vous ne connaissez pas», indique le site du gouvernement.

A partir du 11 février prochain, les personnes ayant un schéma vaccinal complet n’auront plus l’obligation de présenter un test négatif, pour entrer ou sortir du territoire britannique. Au mois de mars, Boris Johnson envisage également de cesser l’obligation d’isolement en cas de test positif.

L'Irlande

Face à l’amélioration de la situation sanitaire, le premier ministre irlandais Micheal Martin a annoncé sa décision de lever la majorité des mesures le 21 janvier dernier. «Nous avons surmonté la tempête Omicron, [il n’est] plus justifié de maintenir la plupart de nos restrictions en place», disait-il.

Depuis le 22 janvier, les pubs, restaurants, cinémas et théâtres restent ouverts au-delà de 20 heures et le pass sanitaire n’est plus obligatoire pour pouvoir entrer dans ces lieux. Les discothèques peuvent elles aussi accueillir leur clientèle. Les jauges instaurées pour les événements en intérieur ou en extérieur sont abandonnées. Le retour progressif au travail en présentiel est également encouragé par les autorités irlandaises depuis le 24 janvier.

Lire encore: En pharmacies, des autotests peu fiables?

L’obligation du port du masque dans les transports en commun et les magasins, ainsi que les gestes barrières dans les écoles resteront en vigueur jusqu’au 28 février.

Le Danemark

Au Danemark, les mesures sanitaires ont pris fin mardi 1er février. Le 26 janvier dernier, la première ministre Mette Frederiksen déclarait: «Nous disons bienvenue à la vie telle que nous la connaissions avant le corona.» Elle s’est félicitée de l’adhésion de la population danoise au programme vaccinal, qu’elle qualifie de «super-arme». Selon elle, «le coronavirus ne devait plus être considéré comme une maladie menaçante pour la société.»

La présentation du pass sanitaire et le port de masque ne sont plus obligatoires dans ce pays. La fermeture des bars et restaurants entre 23 heures et 5 heures prend aussi fin. Les discothèques peuvent de nouveau ouvrir leurs portes. Le télétravail, qui était privilégié par le gouvernement, et la jauge de 1500 personnes fixée pour les lieux accueillant du public sont également levés.

Les mesures sanitaires instaurées à l’entrée du territoire danois, dont la présentation d’un test, de statut vaccinal et un possible isolement, sont quant à elles maintenues pendant encore quatre semaines.

La Suède

La Suède a annoncé maintenir ses restrictions pendant encore au moins deux semaines. La ministre de la Santé, Lena Hallengren, a déclaré le 26 janvier que la plupart des mesures pourraient être supprimées à partir du 9 février, «si la situation se stabilise.» Les mesures concernées ainsi que le calendrier ne sont pas encore connus.

La Norvège

«Le virus se propage vite mais beaucoup moins de personnes tombent gravement malades», soulignait le premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre. Nous avons réussi à contrôler la pression exercée sur les services de santé». Le 13 janvier dernier, la Norvège a partiellement restauré la vente d’alcool dans les bars et restaurants. La consommation est autorisée jusqu’à 23 heures et uniquement en étant assis.

Le gouvernement a aussi décidé de remplacer les quarantaines imposées aux cas contacts – qui ne vivent pas dans le même foyer – par la réalisation d’un test de dépistage. Le port du masque est toujours obligatoire dans les magasins et transports en communs. Le télétravail est toujours en vigueur et les contacts sociaux doivent encore être limités au maximum.

Les Pays-Bas

Mardi 25 janvier, le premier ministre Mark Rutte a déclaré à la suite de «grandes tensions» avec les secteurs de la restauration et de la culture, la réouverture sous conditions de leurs établissements. Il a qualifié cette annonce de «grand pas pour déconfiner» le pays, tout en reconnaissant que le gouvernement prenait ainsi «un risque» face à au nombre record de nouveaux cas.

Depuis le 26 janvier, les cafés, bars et restaurants ouvrent leurs portes, avec une capacité réduite, jusqu’à 22 heures. Le pass sanitaire et le port du masque sont toujours obligatoires pour pouvoir y entrer. Les cinémas, théâtres ou musées ont également pu rouvrir. Les événements organisés en intérieur sont de nouveau autorisés, mais dans la limite de 1250 personnes. Les discothèques sont quant à elles toujours fermées.

Lire également: Vaccination des 5-11 ans: faut-il vraiment avoir peur des effets secondaires?

En cas de contamination dans les établissements scolaires, les classes ne sont dorénavant plus fermées. Les enfants testés positifs ou présentant des symptômes doivent rester chez eux.

L’Espagne

En Espagne, le gouvernement a annoncé sa volonté de considérer le nouveau coronavirus comme la grippe, mais aucun allégement n’a été prononcé au niveau national. De son côté, la Catalogne a décidé le 21 janvier de mettre un terme au couvre-feu qui était en vigueur sur le territoire depuis le mois de décembre.

Le 25 janvier, la région a supprimé les jauges instaurées dans les établissements, ainsi que l’interdiction des rassemblements privés de plus de dix personnes. Seule la fermeture des discothèques est toujours en vigueur.

Le jeudi 27 janvier, la Catalogne a également annoncé renoncer au pass sanitaire. Pour le gouvernement catalan, «une partie importante de la population est à nouveau susceptible d’être infectée par le virus indépendamment de son statut vaccinal ou du fait d’avoir déjà contracté la maladie. En conséquence, l’efficacité du certificat Covid diminue.»

Le Portugal

Le Portugal, qui avait instauré un nouveau confinement au mois de décembre, a décidé de rouvrir certains lieux ces dernières semaines, dont les bars et restaurants.

Les restrictions sanitaires restent, telles que le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos et la présentation du pass sanitaire ou d’un test négatif, sont toujours en vigueur.

Et en Suisse?

Selon les informations de la presse dominicale alémanique, le ministre de la Santé Alain Berset préparerait lui aussi un allégement des mesures sanitaires. Cette levée aurait lieu à partir du 16 février. Les annonces du Conseil fédéral de ce mercredi 2 février pourraient mettre un terme au télétravail et aux quarantaines imposées aux personnes cas contact.

Sur ce sujet: La fin du télétravail et des quarantaines pourrait être décrétée mercredi

D’après la SonntagsZeitung, Alain Berset devrait également transmettre à ses collègues un plan au sujet du maintien ou non du certificat covid. Celui-ci serait mis en consultation et entrerait en vigueur le 16 février au plus tôt. Pour le ministre de la Santé, le système de santé n’est plus en danger et «l’immunité de la population est élevée, principalement en raison de la vaccination».