«Les réseaux sociaux ne doivent pas forcément être mondiaux comme Facebook ou Twitter», affirme la Fenaco, centrale d’information agricole helvétique. Deux de ses adhérents fort connectés ont donc décidé de créer le Facebook des campagnes suisses. Plutôt, des champs et des villes, l’objectif étant notamment «d’améliorer la compréhension entre les citadins et les habitants des régions rurales».

Les concepteurs du réseau misent notamment sur la popularité croissante des achats à la ferme; en ligne, les paysans pourront annoncer leurs horaires, produits et promotions, et les clients, interagir avec eux.