Le président du PDC, seul parti à ne voir au aucun problème dans le soutien financier de l’UBS elle-même soutenue par la Confédération, a fini par céder devant la pression qui montait de l’entier du monde politique, de ses alliés évangéliques et verts libéraux et de ses propres rangs . Le PDC renonce officiellement aux 150 000 francs qu’il devait recevoir de la banque. Mais le parti entend pouvoir compter à nouveau sur UBS lorsque celle-ci aura retrouvé sa pleine et entière indépendance, affirme Christophe Darbellay. Le Valaisan tente de reprendre l’offensive en lançant l’idée, encore extrêmement floue et vague d’une fondation chargée de recueillir les dons destinés aux partis. Le PS est aussi sur le coup et se propose de lancer une initiative parlementaire, en faveur d’une totale transparence en la matière.

Trois des hebdomadaires alémaniques traitent largement ce sujet. Sonntag CH élargit son propos à la question des lobbyistes qui sont désormais à Berne plus nombreux que les parlementaires. Les lobbies sont un secteur en pleine extension, en particulier dans le domaine de la santé. Et ils ont le bras long. La SonntagsZeitung rapporte que les assureurs ont obtenu des radicaux qu’ils écartent de la commission des affaires sociales du Conseil national le Thurgovien Werner Messmer. Les positions prises par le président de l’Association suisse des entrepreneurs à propos de la révision de la loi sur la Suva auraient déplu aux assureurs privés.

Les CFF vont équiper une centaine de gares avec des caméras de sécurité, annonce Sonntag.CH. La démarche a un double but, prévenir la violence et augmenter le sentiment de sécurité des usagers. D’ici 2021, la vidéosurveillance, actuellement limitées aux trains régionaux, sera étendue aux grandes lignes. Le SonntagsBlick rouvre pour sa part la polémique sur les services proposés par les CFF à sa clientèle la plus aisée. Le salon VIP de la gare de Zurich, réservé aux détenteurs d’un abonnement général en première classe, doit en effet s’ouvrir aujourd’hui. Les CFF, ajoute l’hebdomadaire alémanique, planchent sur un projet de super première classe particulièrement luxueuse, avec hôtesses, champagne et sièges inclinables. Le SonntagsBlick s’interroge : est-ce bien la vocation d’un service public ?

Les CFF assure pour sa part la NZZamSonntag, dépensent inutilement des centaines de millions de francs en gérant leur propre production et leur propre réseau électrique.

Hans-Rudof Merz va tout faire pour que le Conseil fédéral ait signé cette année douze conventions de double imposition et que la Suisse satisfasse ainsi aux critères de l’OCDE. « J’en ai assez d’être mis au coin et d’en être réduit à espérer que nous ne serons pas mis sur une quelconque liste grise », déclare-t-il dans une interview à la NZZamSonntag. Le ministre des finances est assez confiant dans le résultat du Conseil des ministres européens des finances, demain. Il pense que certains Etats refuseront d’abandonner leurs responsabilités en matière de négociations fiscales à la Commission. Le ministre allemand des finances, il en semble persuadé, voudra négocier directement avec la Suisse une convention de double imposition plutôt que de laisser faire la Commission. Aucune négociation n’est encore en vue entre la Suisse et l’Allemagne, mais Peer Steinbrück et Hans-Rudolf Merz ont prévu de dîner ensemble le 23 juin à Berlin, en marge du sommet fiscal. On mettra les choses sur la table, précise Hans-Rudolf Merz, qui assure que les milieux économiques ne veulent pas d’un combat de coqs avec notre principal partenaire.

Un enfant st-gallois bénéficie durant sa scolarité obligatoire, de presque 2000 heures d’enseignement de plus qu’un Soleurois, révèle encore la NZZamSonnag. Les performances scolaires s’en ressentent. De telles différences ne peuvent qu’éveiller une volonté d’harmonisation. Ce pourrait être une prochaine bataille de la guerre scolaire entre l’UDC et les autres partis.

L’UDC, justement, qui stigmatise volontiers les moutons noirs adopte une tout autre attitude à propos des cygnes noirs. Le conseiller national bernois Adrian Amstutz se propose, révèle la SonntagsZeitung, d’intervenir auprès de Moritz Leuenberger pour qu’il assouplisse l’interdiction de séjour qui frappe ces volatiles étrangers sur les eaux helvétiques.