Signe que les enjeux sont importants en Valais, plus de 60% des électeurs inscrits ont voté. La mobilisation est particulièrement importante dans la partie alémanique du canton, où un siège au Conseil des Etats est en jeu. Les Valaisans ont très majoritairement choisi les candidats de droite, et on constate déjà une progression de l’UDC aux deux Chambres.

L’électorat démocrate-chrétien a voté de manière «très disciplinée», selon le favori de l’élection au Conseil des Etats, Jean-René Fournier. Le candidat PDC du Valais romand emmène dans son sillage le Haut-Valaisan Beat Rieder. Pour l’instant, 5000 voix séparent les colistiers, tous deux issus des mouvances les plus conservatrices de leur parti.

Les trois candidats des partis minoritaires espèrent tous briser le monopole historique du PDC chez les sénateurs. L’écart qui les séparera ce soir déterminera le jeu des alliances lors d’un éventuel second tour. Soutenu inconditionnellement par Oskar Freysinger, le candidat UDC Franz Ruppen est le plus proche du duo démocrate-chrétien, grâce à un résultat «excellent et surprenant» à Brigue et à Viège. Selon les différentes projections des médias valaisans, il devrait malgré tout compter entre 5000 et 10 000 voix de retard sur les démocrates-chrétiens.

Pour la première campagne de sa vie, le PLR Pierre-Alain Grichting talonne l’UDC. S’il compte pour l’instant 3000 voix de moins que Franz Ruppen, il devrait refaire une partie de son retard lorsque les résultats des grandes villes seront connus. «Satisfait et surpris», l’entrepreneur est aussi le candidat qui a le plus de chances de trouver des alliances s’il devait y avoir un second tour le premier novembre.

«Déçu», et pour l’instant dernier des candidats des partis minoritaires, le socialiste Thomas Burgener avoue déjà qu'il a perdu, et abandonnera probablement ce soir. Si aucun sénateur ne devrait être élu à la majorité absolue, il n’est pas certain qu’il y aura un second tour de scrutin. Tous les partis tiendront leur assemblée générale ce lundi soir, pour définir leur stratégie.