Une campagne qui tient en quelques mots. Le Parti démocrate-chrétien genevois mise sur la sobriété pour interpeller les citoyens à l'approche des élections cantonales de cet automne. Il a opté pour le visuel et le contact de proximité dans le but de s'adresser en particulier à un électorat jeune. Hier, le président Patrick Schmied présentait le «look» modernisé de son parti. Une démarche qui apparaît d'ailleurs d'autant plus nécessaire que l'image du PDC, au cours de cette législature, n'a pas toujours été positive, le parti apparaissant souvent comme le «ventre mou» de l'Entente bourgeoise.

La famille, implicitement

Sous l'intitulé «Au centre, l'humain», le troisième parti de l'Entente décline ses priorités sur une page A4. «La sécurité, commence Philippe Fleury, président de la commission électorale, aussi bien policière, institutionnelle que sociale. L'avenir, parce que nous sortons d'une période de crise. Enfin, le bien-être, c'est-à-dire permettre aux Genevois de profiter de tout ce que la ville peut offrir.» Et la famille, son cheval de bataille traditionnel? «Nous n'avons plus besoin de le dire, seulement de l'évoquer», assure-t-il.

Dès lundi, la nouvelle image du PDC, désormais seul parti occupant le centre droit, sera visible aux Genevois. A travers son site Internet d'abord. Puis par une série d'affiches et de slogans, qui reprennent trois thèmes chauds: l'économie, le logement, et l'urbanisation.

C'est avec un budget total de 250 000 francs que les démocrates-chrétiens partent à la reconquête du Grand Conseil. Pour ce qui est du Conseil d'Etat, le PDC ne semble pas prêt à laisser aux radicaux leurs deux sièges actuels. Les démocrates-chrétiens comptent en tout cas sur Pierre-François Unger pour reconquérir un deuxième mandat à l'exécutif. Pour y parvenir, ils entendent renforcer leur présence sur le terrain. Des événements seront organisés dans chaque commune par les associations locales du parti. «Si le candidat veut être élu, c'est à lui de faire sa campagne», explique Olivier Terrettaz, président de la commission de la communication.