Le centre-droite se renforce. Mais pas au prix d’une fusion. Le PDC et le PBD ont annoncé ce matin qu’ils allaient intensifier leur collaboration. Sans aller au-delà. Cette coopération renforcée aura pour champ d’action le parlement et les votations fédérales.

Les travaux initiés par un groupe de travail en février ont montré que«la base n’était pas favorable à une fusion», constate Martin Landolt, président du PBD. Sans compter que dans certains cantons, les deux partis sont en concurrence.

Au terme d’une large consultation, les deux formations ont préféré opter pour une collaboration axée sur des solutions. «Il s’agit d’une alliance pragmatique», insiste le président du PDC, Christophe Darbellay.