Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Tribunal fédéral, à Lausanne
© (KEYSTONE/Laurent Gillieron

Justice

Le PDC porte la votation sur l'imposition des couples mariés au Tribunal fédéral

Le PDC demande au Tribunal fédéral de trancher dans l'affaire de la votation fédérale de 2016, considérant qu'elle a été faussée par des statistiques erronées

Le PDC a annoncé qu'il demande au Tribunal fédéral de se prononcer sur la validité de la votation fédérale de 2016 sur l'imposition des couples mariés. Il estime que sans les erreurs dans l'information de l'administration fédérale, son initiative aurait été acceptée.

L’initiative du PDC «pour le couple et la famille – non à la pénalisation du mariage» avait été été rejetée de peu le 28 février 2016, par 50,8% des votants. Une large majorité des cantons l’avait en revanche acceptée.

Comme le prévoit la voie légale, le parti a déposé le 18 juin des recours dans huit cantons: Argovie, Berne, Bâle-Campagne, Soleure, Valais, Vaud, Zoug et Zurich. Ces cantons avaient dix jours pour se prononcer sur une entrée en matière.

Cantons pas compétents

A ce jour, quatre d’entre eux (SO, VS, BE et BL) ont donné une réponse négative: le délai de recours cantonal est passé depuis deux ans et l’erreur de l’Administration fédérale sur le nombre de couples pénalisés fiscalement n’est pas de la compétence des cantons, argumentent-ils.

Le PDC peut désormais s’adresser au Tribunal fédéral, ce qu’il a décidé officiellement de faire vendredi. Le parti constate que le Conseil fédéral a reconnu le 15 juin «des erreurs majeures dans l’information lors de la campagne de votation». Au lieu des 80 000 couples mariés ou enregistrés, pénalisés par rapport à des concubins, ce sont 454 000 couples qui sont concernés.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a