Près de 200 délégués du PDC se sont réunis samedi matin en assemblée à Berne en présence de leur conseillère fédérale, Doris Leuthard. Au menu de la rencontre, leur initiative sur la défiscalisation des allocations familiales, soumise au peuple le 8 mars prochain. L’occasion aussi pour Christophe Darbellay de lancer la campagne des élections fédérales de 2015.

Dans l’optique des votations du 30 novembre, le président du parti a appelé à la mobilisation de ses troupes pour glisser trois fois «non» dans les urnes. «Les régions de montagnes ne se remettraient pas d’un «oui» à la suppression des forfaits fiscaux». Et toujours selon le Valaisan, «on sous-estime l’initiative sur l’or», sans parler d’Ecopop.

L’échec avec le PBD

Le président s’est ensuite tourné vers les élections fédérales, revenant sur l’échec du rapprochement avec le PBD. «Pendant un an, nous avons travaillé et noué des contacts avec cette formation: cela aurait été une occasion historique pour la Suisse de renforcer le centre». Mais le projet a échoué: «Apparemment, le base du PBD a montré peu d’enthousiasme pendant la consultation», a regretté Christophe Darbellay.

«Nous ne voulons pas bouder», a poursuivi le président démocrate-chrétien, qui choisit d’aller de l’avant. Son parti doit maintenant gagner des voix au-delà de ses propres rangs. «Nous sommes des jeteurs de pont, pas des bouteurs de feu», a-t-il déclaré. Dans la même veine, Doris Leuthard a profité de l’occasion pour appeler la population à faire davantage confiance dans le système politique en place. «Il n’est pas bon d’ébranler sans cesse les institutions à coups d’initiatives inapplicables», a-t-elle relevé.

Doris, la meilleure

Toujours dans l’optique des prochaines élections fédérales, le président du PDC a souligné que «Doris Leuthard est considérée comme la meilleure conseillère fédérale par 75% des Suisses». Le PDC devrait donc être capable de drainer 15 à 20% de l’électorat«, selon Christophe Darbellay.

Au programme de son parti, la sortie du nucléaire et la sauvegarde des bilatérales, mais surtout la famille, sujet qui doit servir de tremplin électoral au Parti démocrate-chrétien. «Nous restons le parti numéro un pour les familles en Suisse», a souligné le président. La campagne a d’ailleurs pour slogan, décliné sur plusieurs supports oranges, comme des pin’s: «Fais-le pour ta famille. Ta voix compte! 18 octobre 2015.»

«Non» à l’initiative des Vert’libéraux

Les délégués ont aussi pris position sur deux initiatives qui seront soumises en votation populaire le printemps prochain. Ils recommandent sans surprise à l’unanimité de glisser un «oui» dans l’urne pour leur initiative sur la défiscalisation des allocations familiales. Le texte exige l’exonération fiscale des allocations pour enfants et de formation professionnelle à l’échelon fédéral, cantonal et communal. «Avec le régime fiscal actuel, l’Etat récupère 20% de ces allocations», ont souligné les délégués.

A l’inverse, l’initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l’énergie», lancée par les Vert’libéraux, n’a pas convaincu: les délégués se sont prononcés en faveur du «non» par 173 voix, 1 «oui» et 7 abstentions. L’initiative est jugée trop extrême, car pour compenser la perte des recettes procurée par la TVA, il faudrait fixer des taxes sur l’énergie très élevées, a estimé la base. (ATS)