Le Ministère public genevois soutient que le tireur de Lancy, en faisant feu à une reprise sur un groupe de quatre jeunes, s’est rendu coupable de quatre tentatives d’assassinat. Rien de moins. Pour la procureure Fabienne Michon, il ne fait aucun doute que l’accusé voulait faire du mal et pas seulement faire peur à ces adolescents qui l’avaient excédé. Il a, à tout le moins, pris et accepté le risque de tuer. «Et chacune des victimes était susceptible de recevoir cette balle.»

Aux yeux de la représentante du Parquet, ce crime a toutes les caractéristiques de l’assassinat. Le tireur a agi par égoïsme et pour des mobiles totalement futiles. «Certes ces jeunes ont eu un comportement inadmissible en proférant des insultes, mais la réponse de l’accusé était totalement disproportionnée.» Et Fabienne Michon d’ajouter: «Il était prêt à anéantir des adolescents pour se venger d’une humiliation. C’est un acte odieux.»

A l’heure de requérir une peine, la procureure a rappelé les conséquences terribles de la blessure subie par Marina, qui vit avec une balle dans la tête depuis ce 3 octobre 2010. Un autre jeune, frôlé à la joue, devra aussi supporter une cicatrice de 15 centimètres sur son visage. «Il a bouleversé 4 vies», a ajouté Fabienne Michon en insistant sur les traumatismes psychiques subis par les victimes et en écartant toute circonstance atténuante. Pour sanctionner cette faute très lourde, le Ministère public a demandé une peine privative de liberté de 10 ans.