A Pékin, le 1er août 1999 sera à marquer d'une pierre blanche. Pour la première fois en un demi-siècle, la fête nationale a été organisée en «joint-venture», selon les termes de l'ambassadeur en Chine Dominique Dreyer, avec le nouveau-né Club Suisse. «Pour le reste, il ne se passera rien, comme tous les 1er Août», résume le diplomate, peut-être un peu modeste: tout de même, il y aura bien sûr un repas et le discours de M. l'ambassadeur. A ce propos, Dominique Dreyer n'entend pas évoquer les questions politiques: «Je centrerai mon intervention sur le demi-siècle de relations diplomatiques entre Berne et Pékin que nous fêterons l'an prochain». Pour le reste, signe qu'à l'ambassade, on sait marier tradition et modernité, cette soirée organisée selon des concepts high-tech accueillera un joueur de cor des Alpes. 120 à 150 personnes sont attendues, alors que la Suisse compte 250 ressortissants répertoriés à Pékin et 450 dans toute la Chine.

Signalons au passage que la colonie suisse ne sera pas la seule à faire la fête ce jour-là dans la capitale chinoise: le 1er Août est aussi la journée de l'armée, qui fête l'intégration d'un bataillon communiste à l'armée nationale face aux Japonais.

A.W.