Tuerie de Daillon

Le père de famille est sorti d’affaire

Le père de famille grièvement blessé mercredi dans la fusillade de Daillon (VS) n’est plus en danger de mort, indique samedi la police cantonale dans un communiqué. Opéré vendredi, il va rester aux soins intensifs à l’Hôpital du Valais

Il avait été gravement touché au bassin par l’auteur de la fusillade, un homme de 33 ans qui affirme avoir voulu régler un problème familial de longue date. Son épouse de 32 ans, mère de deux enfants en bas âge, a en revanche perdu la vie.

Deux autres femmes, âgées de 54 et 79 ans, sont également décédées. Le forcené a en outre blessé à l’épaule son oncle de 63 ans.

Les cérémonies funèbres des trois victimes auront lieu lundi et mardi à la cathédrale de Sion et dans une église de la localité d’Erde, selon les avis de décès publiés samedi dans le «Nouvelliste». Les familles n’autoriseront pas les médias à pénétrer dans les lieux de culte, a précisé à l’ats Jean-Marie Bornet, porte-parole de la police cantonale.

Arsenal

Le Ministère public valaisan a ouvert à l’encontre de l’auteur de la fusillade une instruction pour assassinat, subsidiairement pour meurtre, voire pour mise en danger de la vie d’autrui et lésions corporelles graves. Le placement en détention provisoire du forcené a été requis et une expertise psychiatrique sera mise en oeuvre ces prochains jours.

Le trentenaire était en possession de plusieurs armes, notamment deux mousquetons, un fusil de chasse à grenaille, une carabine à plomb, un pistolet air soft et un pistolet d’alarme. Il détenait également plusieurs dizaines de cartouches, des bandes de chargement pour mitrailleuse, des poignards et des baïonnettes.

La police ignore pour l’heure comment l’homme sans emploi, au bénéfice d’une rente invalidité et sous le coup d’une mesure tutélaire, s’est procuré un tel arsenal. Elle poursuit ses auditions afin d’éclaircir les circonstances du drame.

Au moins deux armes

La tuerie s’est produite mercredi soir. L’homme a fait feu avec au minimum deux armes sur plusieurs personnes depuis la fenêtre de son appartement, puis dans la rue. Il a tiré plusieurs dizaines de coups. La police s’est rapidement rendue sur place. Elle a dû tirer sur le forcené, le blessant au thorax.

Publicité