L’inquiétude grandit au sein de la famille des deux jumelles, Alessia et Livia, disparues avec leur père, Matthias S., le dimanche 30 janvier à Saint-Sulpice (VD). Leur mère a reçu par la poste huit enveloppes ce mardi matin, envoyées par le père des deux fillettes et qui contiennent 5000 euros.

L’homme les a postées jeudi dernier à la gare de Cerignola, dans la région italienne des Pouilles en Italie, quelques heures avant de s’y donner la mort en se jetant sous un train. «Nous savons que c’est bien lui qui les a envoyées, car c’est son écriture», a expliqué mardi après-midi à Saint-Sulpice Valerio L., devant la presse suisse, française, italienne et canadienne. Il est le frère de la mère des fillettes.

Jusqu’ici, la famille s’accrochait à l’espoir que le père ait confié ses deux filles à quelqu’un contre de l’argent, car il avait retiré plusieurs milliers de francs de son compte en banque. «Cette hypothèse disparaît désormais. L’envoi de cet argent nous inquiète», a poursuivi Valerio L.

Sans cartes d’identité

Autre élément révélé mardi par la famille: c’est de Morges (VD) que Matthias S. a envoyé à la mère de ses enfants un texto le dimanche 30 janvier dans l’après-midi pour lui annoncer qu’il les ramènerait le lundi matin à leur école. Il en avait la garde ce week-end là, car le couple était en pleine séparation. De plus, c’est seul qu’il a été vu, sans ses filles, sur le ferry qui l’a amené le lendemain de Marseille en Corse.

En outre, en passant la frontière franco-genevoise dimanche 30 janvier à 18h04, Matthias S. n’avait pas avec lui les cartes d’identité et les passeports des deux fillettes. Ces documents sont en effet en possession de leur mère à l’heure actuelle. «A priori, il ne devait pas pouvoir sortir de Suisse avec elles», selon Valerio L.

Pour la famille, la situation actuelle est «très difficile». Elle désire ne plus s’exprimer dans les médias, mais appelle toutes les personnes qui auraient vu Matthias S. et ses filles Alessia et Livia à s’adresser à la police.

Leur signalement est disponible sur le site internet de la police cantonale vaudoise.