Interview

«Personne n’a davantage marqué la Suisse qu’Alfred Escher»

L’historien Joseph Jung est spécialiste d’Alfred Escher. A l’occasion du bicentenaire de sa naissance, il explique le rôle central qu’a joué cet entrepreneur et politicien dans le développement de la Suisse moderne

Le destin d’Alfred Escher est indissociable de celui de la Suisse moderne. L’entrepreneur et politicien né le 20 février 1819 a été l’un des premiers conseillers nationaux du jeune Etat fédéral. Au cours d’une carrière politique de plus de trois décennies, il a fondé Credit Suisse, l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et construit le tunnel du Gothard. Ce titan qui a passé sa vie à bâtir des réseaux – ferroviaires, économiques et politiques – continue de fasciner 200 ans après sa mort. Son histoire comporte aussi sa part d’ombre: une partie de la fortune de sa famille provenait d’une plantation de café à Cuba qui employait des esclaves. Un aspect revisité par de récents travaux d’historiens. Plongée dans le parcours hors norme d’un homme de pouvoir avec l’historien Joseph Jung. Professeur titulaire de l’Université de Fribourg et professeur invité de plusieurs universités, il est l’auteur enthousiaste d’une biographie d’Alfred Escher*.

Le Temps: Vous êtes le biographe d’Alfred Escher. Comment avez-vous commencé à vous intéresser à lui?