Le personnel des Transports publics genevois (TPG) sera en grève mercredi, a annoncé lundi le Syndicat du personnel des transports (SEV). Aucun bus ou tram ne circulera pendant 24 heures pour protester contre la suppression annoncée de plus de 100 emplois aux TPG.

La grève a été décidée par 93% des votants lors d’une consultation écrite. Elle débutera à 03h00 mercredi pour se conclure, a priori, jeudi à la même heure, écrit le SEV. Pour le syndicat, la population genevoise et le personnel des TPG n’ont pas à faire les frais des coupes budgétaires.

Le contrat de prestation 2015-2018 a été accepté par la commission des transports du Grand Conseil et la direction des TPG. Le SEV estime que la mise en application de l’initiative demandant la baisse des tarifs des transports publics est un prétexte pour faire des coupes. A ses yeux, le gouvernement veut appliquer le même type de mesures d’austérité à l’ensemble de la fonction publique.

Aux TPG, la disparition de ces emplois va dégrader encore davantage les conditions de travail du personnel et les prestations qu’ils fournissent. Une aberration alors que la population utilise de plus en plus les transports publics: la hausse a été de 65% de 1990 à 2010, selon le SEV.

L’augmentation des cadences a déjà eu pour effet une dégradation des conditions de travail. Conséquence: le taux d’absentéisme est en hausse. D’après le SEV, il manque aujourd’hui déjà 130 postes de conducteurs pour répondre à l’offre. Le SEV s’inquiète aussi pour la sécurité des passagers. Le sous-effectif engendre des retards dans les contrôles des véhicules et l’entretien du réseau.