Les pertes oscillaient entre 1,5% et 2% à la fin du mois de juin, a indiqué à la SonntagsZeitung Manuel Leuthold, président du conseil d'administration de compenswiss. Mais l'impact sur les fonds est faible, ajoute-t-il.

Compenswiss a réagi à la fin du mois de février, lorsque les fluctuations des cours sur les marchés boursiers ont augmenté. L'établissement de droit public a réduit sa proportion d'actions. M. Leuthold a cependant été surpris par la rapidité avec laquelle le cours des actions est reparti à la hausse ensuite.

Lire aussi: L’AVS commencera à être en déficit dès 2020

Le sexagénaire a ajouté que les pensions avaient été garanties même pendant la phase la plus grave de la crise. Les investissements ont été faits dans des placements très liquides qu'il était possible de vendre à tout moment. «Seuls 15 % environ de nos investissements sont difficiles à vendre», a estimé M. Leuthold.

Retard dans les cotisations

Les institutions de prévoyance ont aussi remarqué un retard dans les paiements des cotisations. Il manque un milliard de francs par rapport à ce qui était budgétisé à la moitié de cette année, a relevé M. Leuthold, ajoutant qu'il n'avait «jamais enregistré un écart aussi important».

Lire aussi: Le coronavirus mine le système de prévoyance

Trois raisons expliquent cette situation selon lui. Les entreprises en crise mettent plus de temps pour payer les cotisations, une hausse du nombre de défauts de paiement due au coronavirus et les effets du recours au chômage partiel. «Nous recevrons un milliard de moins sur l'ensemble de l'année», a prévenu M. Leuthold.