La Cour des comptes vaudoise critique la mise en oeuvre de la législation sur les marchés publics dans le canton de Vaud. Le Conseil d’Etat riposte.

Un rapport présenté ce lundi constate que la législation entrée en vigueur il y a quinze ans «est appliqué avec réticence».Ils soulignent également l’absence de données statistiques précises. Les juges suggèrent donc de renforcer les mécanismes de gestion des marchés publics ainsi que les mesures de lutte contre le travail au noir et les inégalités salariales entre hommes et femmes. En une quinzaine de recommandation, la Cour propose toute une série d’amélioration nécessaire au bon fonctionnement du dispositif.

Le gouvernement prend acte. Il constate cependant que les procédures préconisées risquent d’alourdir encore davantage les démarches administratives critiquées par le rapport. Un communiqué officiel rappelle que l’avis de la Cour «va à l’encontre de sa politique actuelle visant la simplification». Le Conseil d’Etat note encore que le canton, loin d’être réticent, poursuit le développement de cet instrument. Bref, selon le Collège, Vaud assumerait son rôle moteur dans l’application de la loi sur les marchés publics quoi qu’en dise la Cour des comptes.

Chaque année, les marchés publics mettent en jeu environs 2,5 milliards de francs en terre vaudoise. Près de 80% des chantiers sont attribués à des entreprises situés dans le canton. Seul 2% finit dans les mains de sociétés étrangères.