La rentrée sera placée sous le signe de la lecture pour les petits Vaudois. La conseillère d'Etat socialiste Anne-Catherine Lyon a présenté hier la principale innovation de cette année 2005-2006: l'instauration d'une épreuve cantonale de lecture pour évaluer le niveau à la fin de la deuxième. Certains acquis seront nécessaires pour passer en classe supérieure. En cas de lacune, l'Etat prévoit un soutien à l'élève, en classe ou avec des enseignants spécialisés. «Cette épreuve ne doit pas devenir un instrument de discrimination, avertit cependant Jacques Daniélou, président de la Société pédagogique vaudoise. Elle doit permettre la mise en place d'une aide ciblée, sans stigmatiser l'enfant à la fin de la deuxième année.»

Autre dossier qui préoccupera l'école vaudoise cette année: le statut du cycle initial (école enfantine). Ces deux ans, déjà fréquentés par 95% des enfants, pourraient devenir obligatoires. «Il s'agit d'une réflexion menée depuis longtemps, constate Anne-Catherine Lyon. La discussion devrait rapidement déboucher sur un large consensus.» Un projet pourrait être proposé au Grand Conseil en 2006 pour une entrée en vigueur en 2007 au plus tôt. 2005-2006 verra également l'application du nouveau cadre général de l'évaluation, qui marque le retour des notes dès la cinquième.

Sur le plan syndical, la rentrée devrait être calme: les économies du plan DEFI ne toucheront pas les classes avant 2006. «Il n'y a pas de nouvelle décision de coupe cette année, se réjouit Jacques Daniélou. Mais on constate tout de même une pérennisation de l'austérité qui pourrait provoquer des tensions.» Les effectifs de l'école obligatoire ont légèrement diminué cette année. Lundi, 79 986 élèves prendront le chemin de l'école, contre 80 219 en 2004. Les effectifs par classe varient peu: entre 15,9 élèves (voie secondaire à options) et 22,6 (voie secondaire de baccalauréat) contre respectivement 16,1 et 22,7.