Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un fonctionnaire fait signer le référendum «Stop au personal stop» a une personne, lors de la grève de la fonction publique à l'appel du Cartel intersyndical, le 1er décembre 2015, à Genève.
© SALVATORE DI NOLFI

Genève

Le peuple se prononcera sur le «Personal Stop»

Les syndicats de la fonction publique et la gauche ont récolté plus de 20 000 signatures contre le gel des embauches à l'Etat

Les Genevois se prononceront en 2016 sur le gel des embauches à l’Etat. Lancé par le Cartel intersyndical de la fonction publique avec l’appui des partis de gauche, le référendum contre le «Personal Stop» voté le 12 novembre dernier par le Grand Conseil a recueilli quelque 20 796 signatures, soit largement plus que les 7 400 signatures valables exigées.

Les référendaires avaient jusqu’au 11 janvier pour récolter les paraphes nécessaires. Ils ont fait le choix de ne pas attendre le terme du délai. Déposés mercredi matin au Service des votations et élections, ces plus de 20 000 paraphes «sont notre cadeau à nous sous le sapin de la droite», a commenté le président du Cartel, Marc Simeth. Le vote aura-t-il lieu en juin ou en septembre? La question reste ouverte.

Voté par la majorité de droite du parlement cantonal, le «Personal Stop» limite les charges de fonctionnement et du personnel de l’Etat jusqu’à ce que la dette cantonale, qui s’élève aujourd’hui à 13 milliards de francs, redescende à 8 milliards de francs. Ce montant correspond, approximativement, aux revenus perçus annuellement par le canton.

Grosse mobilisation

Ce mécanisme n’aura pas uniquement pour conséquence de freiner les embauches, mais conduira aussi au démantèlement des services publics, estime Davide de Filippo, secrétaire syndical au SIT. Chaque année, en effet, l’Etat a pour plusieurs millions de dépenses mécaniques, incompressibles, découlant de lois.

Pour compenser, il va falloir couper dans le budget de l’Etat, poursuit le syndicaliste. Selon lui, personne ne sera épargné. Aux yeux de Pablo Cruchon, de SolidaritéS, le succès de la récolte de signatures constitue une petite victoire alors que Genève se trouve dans une situation de crise politique importante.

Les manifestations et les grèves de la fonction publique, dirigées contre les mesures d’économies envisagées par le gouvernement genevois ces prochaines années, se sont enchaînées en novembre et en décembre. Cette mobilisation a été une des explications du succès rencontré par la récolte de signatures en faveur du référendum.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a